Le Dr Fourrure soupira. Se retrouver ici. Après tout ce temps. S'il avait été fumeur, il aurait expiré un nuage désabusé... mais les cigarettes ne sont plus les bienvenues dans les enquêtes modernes.

Le dossier Louge était passé du dessus de la pile au dessous de la même pile, puis il avait été transféré de service en service. L'affaire n'avait pas été classée, elle avait été oubliée. Comme la bouteille qui dormait sur l'étagère du chenil, avec ses cellules rondes à noyau rouge, ses paramécies et ses dépôts.

Et elle avait atterri ici. L'hurluberlu qui lui faisait face, avec son poster « I want to believe » épinglé au mur, parlait d'ovocytes prélevés par des ET sur des humaines. Allait-il essayer de lui faire croire que les petits gris les déversaient ensuite dans les abreuvoirs des vaches du coin pour empoisonner la vie des papys à casquette ?

Ridicule. La vérité était forcément ailleurs.

Si seulement le service scientifique du museum d'histoire naturelle de Paris avait répondu à ses sollicitations, il ne serait pas en train d'écouter un exposé sur la place de la vache dans la mythologie indienne, et sur leur lien avec de mystérieux sujets des bas-reliefs des temples aux noms exotiques.

Ce qu'il lui fallait, c'était un scientifique. Pas un détective de pacotille comme lui, qui s'était laissé séduire par cette histoire de semence rouge répandue dans les abreuvoirs de la région. Un type costaud qui lui confirmerait ce qui était devenu une conviction : ces cellules étaient bien des algues, comme on le lui avait suggéré. Des algues flagellées. Il y avait plusieurs rapports évoquant d'étranges affaires de lacs devenus rouges.

Certains faisaient remonter ces dossiers à l'affaire Moïse (dossier : Plaies d'Égypte). Une histoire bizarre. On en avait tiré un bouquin, puis plusieurs films. Pas une série à petit budget comme la sienne, bien sûr. En tout cas, ça plaisait au brun enfermé dans ce sous-sol obscur avec son poster.

On appelait ça un bloom. la fleur d'eau, ou l'efflorescence algale. L'illuminé évoquait maintenant le « sang des bourguignons » qui aurait coloré le lac de Morat suite à une bataille, et qui serait en réalité lié à une algue de ce type. Au moins, il ne lui parlait plus d'extra-terrestres et d'ovules. Certaines de ces algues produiraient des toxines.

Un lien avec la mort du bovin ?

Peu probable : les autres allaient très bien et avaient bu au même bassin. Pourtant, des bovins et des ovins étaient déjà mort après s'être abreuvé dans des réservoirs d'eau ainsi contaminés. Toxines neurologiques ou hépatiques. Un doute subsisterait en l'absence d'autopsie de la victime.

Le Dr Fourrure en avait assez entendu. Il allait reprendre l'enquête sans plus attendre d'aide de personne. Le type du sous-sol parlait de plus en plus fort alors qu'il s'éloignait, lui criant de s'intéresser aux algues de l'Antarctique, qui avaient été selon un rapport d'un moine de 1643...

Haematococcus lui ressemblait beaucoup.

PS : j'ai laissé un message sur le forum d'algae base, nous aurons peut-être d'autres informations ?