J'aurais sans doute pu aborder le sujet depuis longtemps. Il me manquait l'angle, l'anecdote, ou l'envie. Ça tombe bien, on vient de me chauffer suffisamment pour que je ressente le besoin de me défouler.

Aujourd'hui, nous allons parler de castration. De chiens et de chats, mais vous pourrez extrapoler. Nous allons parler de castration, avec un brin d'agressivité, une pointe de provocation et un zeste de vulgarité.

De quoi s'agit-il ?

Faisons simple : couper les roubignolles est une chirurgie tellement superficielle que cela en est humiliant pour notre mâle fierté. Superficielle ne signifie pas forcément simple, mais c'est loin d'être le bout du monde malgré tout. Pour faire savant (c'est moins inquiétant et un peu plus gratifiant), on peut parler d'orchiectomie (orchis, le testicule, -ectomie, on coupe), je vous laisse faire un copier/coller sur le billet si vous y tenez.

Chez le chat, on tond ou on épile le scrotum - la bourse, la peau, l'enveloppe superficielle - puis on incise ledit scrotum, ce qui permet de découvrir une enveloppe nommée "vaginale", laquelle n'a strictement rien à voir avec le vagin de ces dames et demoiselles.
On incise la vaginale - sur un centimètre à peine, et cela permet de découvrir le testicule à proprement parler, accompagné de son annexe l'épididyme, diverticule sur le canal déférent, ce tuyau qui mène des usines à spermatozoïdes jusqu'à l'urètre (le tuyau de sortie). On ligature le vaisseau sanguin qui nourrit le testicule et le conduit déférent, puis on coupe et on retire le testicule et l'épididyme.

Et puis c'est tout.

Chez le chien, on incise plutôt sur le côté du fourreau que sur le scrotum - question de sensibilité et de facilité chirurgicale, puis on remonte le testicule dans la vaginale (essayez messieurs - ou mesdames et mesdemoiselles, je pense que ces messieurs n'y verront aucun inconvénient si vous êtes délicates : c'est simple, poussez vers le haut, ça glisse tout seul jusqu'à sortir du scrotum et se retrouver sous la peau de l'aine, ce qui, chez le chien, revient à se trouver au bord du fourreau). On incise la peau puis la vaginale en regard, on ligature les vaisseaux et conduits et on coupe tout ça, avant de suturer.

C'est une chirurgie simple, aux complications rarissimes. Non douloureuse en plus, courte, avec récupération très rapide. C'en est presque vexant de voir le chat castré le matin même chasser les souris le soir dans la grange comme si de rien n'était. On aimerait un peu plus de pathos et de douleur, mais bon.

Quels avantages ?

De l'(in)utilité des testicules

Pour répondre à cette question, il faut d'abord bien se souvenir de l'utilité de nos testicules : soyons honnêtes, ils font partie des organes les plus dispensables de notre corps. Parce qu'à part faire des bébés et permettre le développement des attributs masculins, via une hormone nommée testostérone, les couilles ne servent pas à grand chose.

Premier point : un chat ou un chien n'a pas besoin de se reproduire pour être heureux. Je sais, c'est très dur à admettre, et votre coiffeur est d'un autre avis. L'envie de se reproduire, d'avoir des enfants, est absolument humaine. Je n'ai pas l'intention d'aborder l'analyse du désir d'enfant, mais dites vous bien qu'elle est hors de propos chez les animaux, pour lesquels la reproduction est une affaire d'instinct, permettant la perpétuation de l'espèce au même titre que la pollinisation des fleurs. La femelle en chaleur voit son comportement modifié par ses hormones, elle produit des phéromones, des espèces d'odeurs qui viennent stimuler un organe situé entre le nez et le palais, lequel est directement branché sur le cerveau et provoque une réaction immédiate et instinctive, le rut. Le matou ou l'étalon chevauche la donzelle, avec plus ou moins de parades et de simagrées plus ou moins romantiques (c'est plus sympa à observer chez les chiens que les chats, au moins les premiers ont l'air de se faire un minimum plaisir), et en avant. Il passe à la suivante. Il n'y a rien là-dedans qui se rapporte à l'assouvissement d'un comportement nécessaire au plein épanouissement du mâle (ou de la femelle). Ce comportement n'est déclenché que par les phéromones de la femelle en chaleur, et ne marche que si le mâle a les récepteurs pour les comprendre, ce qui n'est plus le cas juste après une castration précoce ou longtemps après une castration tardive.

Second point, concernant les caractères sexuels secondaires. Au niveau physique, pas de barbe ni de moustache, encore moins de pectoraux velus : les caractères sexuels secondaires physiques sont discrets chez nos carnivores domestiques, et on s'en passe très bien.

Au niveau comportemental, par contre, c'est beaucoup plus net : le mâle castré va éviter toutes les séquences comportementales liées au rut, et donc nombre de bagarres, de fugues et de coups de pieds dans le derche. Il marquera également moins son territoire (adieu les pipis des matous sur les murs). Je précise encore une fois l'importance de la précocité de la castration sur ces aspects là : si les comportements sont bien installés, castrer sera inutile ou beaucoup moins profitable que si la castration avait été pratiquée autour de la puberté. Les mâles castrés tardivement pourront même continuer à saillir (et pour ceux qui ne suivent pas dans le fond : non, ils ne feront pas de bébés).

Des risques de la sexualité débridée

Le sexe, c'est chouette, mais ça a quand même un paquet de défauts, d'autant qu'il est déjà difficile d'expliquer et de faire appliquer les précautions minimales à un ado qui n'a presque pas l'excuse des phéromones pour faire n'importe quoi, alors, ne parlons pas d'un chat ou d'un chien.

Au niveau sanitaire, notons chez les chats l'existence de deux maladies sexuellement transmissibles :

  • le Syndrome d'ImmunoDéficience Acquise (SIDA) du chat, très proche du SIDA de l'homme mais sans aucun risque de contamination de l'un par l'autre (les maladies et les virus responsables sont similaires mais ne passent pas d'une espèce à l'autre). Il provoque une perte d'efficacité des défenses de l'organisme, et le développement d'autres infections opportunistes qui finiront par emporter le chat. Il n'y a pas de vaccin, et pas de traitement, on peut tenter de gérer les choses à l'aide d'anti-viraux et de traitements ciblés mais ça marche mal et c'est hors de prix.
  • la leucose féline, provoquée par le virus FeLV (Feline Leukaemia Virus), provoque des anomalies de la multiplication des globules blancs, ces cellules qui assurent la défense du corps, et des cancers de ces globules blancs (lymphomes ou leucémies). Il existe un vaccin contre la leucose féline, d'une efficacité tout à fait remarquable, ainsi qu'un traitement, d'une efficacité beaucoup moins remarquable (mais qui peut valoir le coût dans un certain nombre de cas).

La meilleure protection contre ces deux maladies reste la castration (et l'ovariectomie pour les femelles).

Les chiens ont plus de chances, ils n'ont pas de MST aussi graves même si on pourrait discuter dans ces deux espèces de la chlamydiose et des herpes virus.

Au niveau sanitaire toujours, la castration permet de diminuer le risque :

  • d'abcès sur les chats (suite aux bagarres)
  • d'hyperplasie bénigne de la prostate et de prostatite chez les chiens
  • de coups de pieds dans le derrière, et de leurs amis coups de fusils, coups de bâtons, distributions de mort-aux-rats
  • de se faire rouler dessus par une voiture

Attention cependant à quelques inconvénients, dont nous allons parler maintenant.

Quels inconvénients ?

J'en vois certains qui sourient en coin. Bien sûr qu'il y a des inconvénients à la castration. Ce n'est pas parce les roubignolles ne servent pas à grand chose en dehors de la procréation, qu'elles ne servent à rien.

Premier inconvénient : le risque d'obésité, problème fréquent chez les mâles comme les femelles stérilisées. La prise de poids est principalement due aux modifications du fonctionnement du corps induites par la disparition (pour le mâle) de la production de testostérone. Ça se gère très bien en faisant attention à la gamelle, mais c'est un risque insidieux et sous-estimé par les propriétaires.

Second inconvénient : le risque de formation de calculs urinaires chez le chat mâle castré est 3.5 à 7 fois supérieur (selon le type de calcul) par rapport au chat mâle non castré. L'obésité et la sédentarité sont aussi des facteurs de risque. Je n'ai pas de chiffres sous la main, mais j'observe ce genre de pathologie environ 8-12 fois par an dans ma clientèle, ce n'est donc pas extrêmement fréquent (mais c'est grave et cela nécessite une prise en charge vétérinaire rapide).
Ce risque peut être prévenu en donnant au chat des croquettes adaptées (contenant moins d'éléments constitutifs des calculs et stabilisant l'acidité urinaire). A ce sujet : attention aux allégations sur les paquets de croquettes, car tout le monde se met à marquer "spécial calculs" sur les emballages, or j'ai constaté de flagrants échecs avec certaines marques de supermarché. Les croquettes ne sont pas des médicaments, il ne faut pas croire tout ce qui est marqué sur les boîtes. De mon expérience personnelle, j'ai une confiance assez solide dans les marques haut de gamme (croquettes vétérinaires). Mais c'est cher.

De l'antropomorphisme aux idées reçues

Rassurons-nous : l'image de l'épouse castratrice qui amène Rex pour le faire raccourcir après une violente dispute à ce sujet avec son mari reste, globalement, un fantasme, quoique tous les vétérinaires ont quelques anecdotes de ce type.

La castration des chats mâles passent assez bien, tout simplement parce que les marquages urinaires des mâles entiers sur les rideaux scellent généralement le destin de leurs testicules, et que le passage du minou sous les voitures en période de chaleurs constitue souvent un drame familial que peu de gens sont prêts à expérimenter chaque année.

Pour les chiens, c'est plus compliqué : on voit moins l'intérêt direct de les castrer, que ce soit du point de vue de la santé ou du comportement du chien. Ce sont les propriétaires des femelles qui subissent le plus de désagréments de la vie sexuelle de leur compagnon, et la virilité de Médor a tendance à flatter monsieur, alors...

De plus, on craint souvent que la castration ne fasse disparaître le flair (faux : le siège de l'odorat ne se trouve pas dans le scrotum), ne diminue les performances sportives (faux : combien de champions d'agility sont castrés ?), ne modifie le comportement du chien (faux, en dehors des comportements spécifiquement liés à la reproduction). Tiens, en passant, pour les chiens mordeurs : castrer ne résout en général aucun problème, sauf en ce qui concerne les agressions liées à la reproduction.

Ah, et le fait de castrer un individu, quelle que soit son espèce, ne le transforme pas en fille, je précise cela pour ceux qui se posent encore la question.
Dans le même registre, un mâle peut saillir sa mère, sa sœur ou sa fille (il ne va pas se gêner, les phéromones sont les phéromones).
Les races de chiens (et de chats) sont toutes inter-fécondables, donc oui, le fox peut couvrir la labrador, le bâtard la caniche, et ainsi de suite.
Un étalon de race qui a sailli une bâtarde ne sera pas perverti, et ses futurs produits ne seront pas abâtardis par son inqualifiable écart de conduite, vous pouvez donc le conserver pour saillir la femelle que vous lui aviez choisi. De plus, il vous emmerde, et recommencera à la première occasion.
Oui, les bâtards sont fertiles, cela n'a rien à voir avec les mulets (croisement cheval/âne, stérile, car ce sont deux espèces différentes, alors qu'un Yorkshire, un Bleu de Gascogne ou un Saint-Bernard sont tous des chiens).

Oui, il existe des testicules artificiels en silicone, qui servent à remplacer le vide béant laissé par les organes d'origine lors de la castration. C'est purement esthétique et ça ne sert à rien. Je précise à l'attention d'une de mes charmantes clientes qui ne me lira pas ici, que si elle me redemande d'enlever l'unique testicule intra-abdominal de son chien, de laisser l'autre (qui est en place) et de placer l'une de ces prothèses, je réaliserai également une vasectomie (ligature des tuyaux qui transportent les spermatozoïdes) sur le testicule "normal" afin de l'empêcher de se reproduire, car je sais bien qu'elle en profiterait pour faire confirmer son champion et le faire reproduire moultes fois (or cette anomalie de descente des testicules a une forte composante génétique et constitue un critère d'exclusion de la reproduction par les clubs de race). J'apprécierais aussi qu'elle évite de me prendre pour une burne en me précisant que je pourrais faire un certificat pour attester que le chien était monorchide, puisque je sais aussi qu'elle s'empressera de ne pas s'en servir.

Et non, non, non, votre chien ou votre chat ne vous en voudra pas si vous le faites castrer, il ne sera pas malheureux, il ne se sentira pas inférieur quand il croisera ses congénères. Il attache beaucoup moins d'importance que vous à ses testicules, soyez en sûr(e)s.