Au téléphone, fin de journée, l'ambiance est très calme dans la clinique.

- Docteur, je vous appelle au sujet de Youki.

Voix péremptoire, âgée, agressive presque, je ne crois pas la connaître et elle ne se présente pas.

- Heuuuu oui, il y a un problème ?
- J'ai eu le chirurgien chez qui vous avez envoyé ma fille au téléphone, mais il ne comprends rien.
- Heuuu comment ça, je l'ai eu hier, il était très satisfait de l'évolution de Youki ?

Youki est un teckel, âgé de quatre ans, qui a passé le week-end à la clinique. Le train arrière brutalement paralysé, mais pas à 100%, avec une conservation correcte de la sensibilité et des réflexes. J'avais supposé une hernie discale et référé le chien à un confrère pour une myélographie - c'est une radio spéciale qui permet de visualiser les hernies discales - et une éventuelle chirurgie. La hernie avait été confirmée et opérée. Aux dernières nouvelles, les choses se passaient remarquablement bien.

- Il a dit à ma fille que Youki avait eu une hernie discale, mais je ne comprends pas.
- Une hernie discale, c'est quand, dans le cas de Youki, un des tampons qui se trouvent dans la colonne vertébrale bouge et appuie sur la moelle épinière...

Coupure brutale.

- Je sais ce qu'est une hernie discale ! Ne me prenez pas pour une idiote !

L'agressivité monte, et je ne sais pas pourquoi. Mon ton las et pédagogue doit l'énerver encore plus.

- Et bien...
- Il ne peut pas avoir de hernie discale !
- Vous savez, l'examen a parfaitement confirmé mon diagnos...
- C'est impossible ! C'est le caïd du quartier !
- Mais même de grands sportifs peuvent avoir une hernie disc...
- Pas Youki !

Est-ce qu'elle va me laisser finir une phrase ?

- Mais...
- De toute façon c'est ri-gou-reu-se-ment impossible.

La voix de vielle chouette revêche, du genre "vous ne pouvez pas comprendre", le mot épelé, je vais avoir enfin l'explication. Je m'attends à une histoire de magnétiseur ou de coiffeur, mais...

- Je me suis levée avec ma fille toutes les nuits pendant qu'il était chiot pour qu'il puisse téter, car nous l'avons recueilli alors qu'il avait perdu sa mère, il n'était pas sevré, il a bu du bon lait toutes les nuits et tous les jours, il avait à peine deux mois vous savez, nous savons nous occuper des animaux, nous !

La plongée dans l'irrationnel. Ou la trahison du compagnon ? La conversation ne pourra pas finir normalement...

- Et bien madame, c'est très bien, et Youki est un chien adorable (tu parles...), nous pouvons nous réjouir du succès de l'opération, et il rentrera bientôt à la maison. Je vous remercie de votre confiance. A bientôt !

Voilà : parler très vite, d'un ton plein de confiance de celui "qui vous a compris", ne pas botter en touche sur le chirurgien, ce ne serait pas sympa. Il m'a appelé le lendemain, d'ailleurs :

- J'ai eu la mère de madame machin au téléphone, heuu on était en plein dans les X-Files, mais j'ai rendu le chien à sa fille, elle a l'air un peu plus normale, tu vas peut-être avoir un appel...
- Oui, je vais lui dire de donner du lait à une heure du matin, c'est très bon pour les hernies discales...
- En prévention seulement cher confrère, en prévention seulement.
- Bien entendu ! Mais à une heure du matin, ça aide à la récupération, non ?